Passer une IRM quand on est claustro

irm-claustro

Pour être franche, lorsque mon médecin m'a prescrit deux IRM, je crois que mon sourire s'est quelque peu figé. Non pas que l'examen soit douloureux mais quelle angoisse d'entrer dans ce tube. Comme l'impression d'être enfermée vivante dans un sarcophage, l'angoisse absolue pour moi. Pour tout vous dire, c'est l'un de mes pires cauchemars. Je suis toujours terrorisée lorsque j'entends parler d'histoires où des gens que l'on croyait morts se sont finalement "réveillés" à la morgue ou dans leur cercueil. Bref, être enfermée dans un tube me fiche les jetons et à en croire de nombreux témoignages, je ne suis pas la seule.

Pour ceux qui ignorent ce qu'est une IRM, je vous en fais une rapide description.

Qu'est-ce qu'une IRM ?

IRM est l'abréviation d'Imagerie par Résonance Magnétique. Notez bien le mot "résonance" car il a toute son importance dans le ressenti de celui qui passe l'examen. L'IRM permet de "voir" des choses que radios et scanners ne peuvent détecter. Autrement dit, c'est un outil très pointu qui n'est généralement prescrit qu'après que tous les autres examens aient été effectués (sauf urgence). Visuellement, ça ressemble à la photo ci-dessous. La table sur laquelle vous vous allongez entre dans le tube puis la machine se met en route et c'est parti mon kiki !

irm-claustro

Pourquoi je craignais cette IRM ?

Pour avoir déjà passé une IRM du genou et avoir échappé à ce que ma tête entre dans le tube, je savais cette fois-ci que je n'y couperais pas. L'objectif de ces deux IRM étant de déterminer l'origine de mes douleurs lombaires, mon corps tout entier serait dans le tube, et la claustro que je suis n'en avait pas une folle envie...

Mon expérience de l'IRM

Mise en garde : Pour la première IRM, j'ai précisé sur le questionnaire que j'étais claustro. Bon bah, autant dire que cela n'a fait ni chaud ni froid au personnel... En mode : "tout va bien se passer et débrouille-toi avec ça ma cocotte".

Confort : Je me suis allongée sur la table avec pour seuls vêtements culotte et tee-shirt (paraît qu'on peut garder ses chaussettes mais no way pour moi : trop moche). On m'a placé une couverture sur le corps et je peux vous dire qu'elle n'était pas de trop. Il fait super froid dans les salles IRM ! J'ignore pourquoi mais je vous assure que mes pieds à découvert en sont ressortis gelés. C'est là que j'ai regretté mes chaussettes...

Règle de base : On a mis au creux de la main une petite poire avec bouton en me précisant d'appuyer dessus si jamais quelque chose n'allait pas. Pourquoi ? Parce que le personnel ne reste pas à vos côtés ; il n'y a donc pas moyen de communiquer. Autre consigne ou plutôt exigence : ne pas bouger d'un poil. Si l'envie de vous gratter l'oreille vous prend, pensez à autre chose ! J'ajoute qu'on m'a posé un casque sur les oreilles dans lequel passait de la musique. Cela aurait pu être agréable si ce n'avait pas été du son type techno...

Be cool et no stress : J'avais pris la décision en amont de garder les yeux fermés pendant toute la durée de l'examen afin d'éviter la crise d'angoisse. J'ai donc baissé mes paupières avant que mon corps n'entre dans le tube. De là, j'ai entrepris de compter jusqu'à 60, puis de recommencer encore et encore. Bon je ne vous cache pas que je me suis rapidement lassée... J'ai alors laissé mon esprit vagabonder à New-York, puis à Miami en passant par Mayotte, bref vous l'aurez compris, j'ai détourné mon attention de l'examen.

Le bruit : L'une des particularités de cet examen est le bruit engendré par la machine. Le son est très fort quand il ne devient pas assourdissant. Ce n'est pas en continu mais j'ai parfois eu l'impression d'avoir un marteau piqueur à côté de moi. Pour les gens à tendance migraineuse, je recommande (si cela est possible) de mettre des boules Quies. Je vous dis ça parce que je suis ressortie de cette IRM avec un joli mal de crâne...

La lumière : Bien que je me sois obstinément refusée à le faire, la lumière vive me donnait envie d'ouvrir les yeux. Cela m'a un peu contrarié et j'ai regretté ne pas avoir eu mon masque de nuit. Quitte à être dans le noir, autant que ce soit efficace. PS : à la deuxième IRM quelques jours plus tard, j'ai mis mon masque et l'examen n'en a été que plus confortable.

irm-claustro

Infos diverses sur l'IRM

L'examen a duré environ 15 min. Certains durent plus longtemps, d'autres nécessitent l'utilisation d'un produit de contraste. Pensant (aussi) à ma fille durant l'examen, je me suis demandée comment l'IRM était réalisable sur de jeunes enfants. L'examen nécessitant une parfaite immobilité, cela m'a semblé impossible. Après quelques recherches sur le net, il s'avère que les bébés sont endormis via une courte anesthésie. Pour les enfants très inquiets et ne pouvant être anesthésiés, ils peuvent venir voir le déroulement d'un examen avant la date du rendez-vous. Je ne vous cache pas que ces informations m'ont rassurée (au cas où ma fille serait un jour concernée).

Mes conseils

- Pensez bien à apporter vos autres résultats d'examens, le médecin en aura besoin pour établir son compte rendu

- Emmenez un masque de nuit et des boules Quies (ça mange pas de pain et vous penserez à moi^)

- Si vous êtes stressé mais genre vraiment stressé, demandez à votre médecin qu'il vous prescrive un décontractant

- Restez calme, respirez doucement, comptez dans votre tête, remémorez-vous un souvenir agréable (vos dernières vacances, une soirée entre amis...)

Et tout se passera bien !

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Pinterest
Pinterest
Instagram

22 Replies to “Passer une IRM quand on est claustro”

  1. J’espère que tu ne m’en voudras pas mais j’ai beaucoup ri en te lisant^^

    1. C’est le coup des chaussettes peut-être ? 😉 😉

  2. J’avoue que j’en ai passé une pour des douleurs à l’épaule et c’est pas un super bon souvenir !
    Je pense que tes conseils m’auraient été bien utile à l’époque… Je me suis retrouvée dans une position qui me faisait justement souffrir de l’épaule à laquelle j’avais une tendinite. cela a été l’enfer de ne pas bouger !

    Bises
    Virginie

    1. Oh ma pauvre, tu as dû morfler… J’espère que tes douleurs ont disparu depuis.
      Bises

  3. Je comprends parfaitement ton ressenti bien que pas du tout claustro, j’ai trouvé ces examens (oui, ces) horribles à passer. Le premier était pour moi, il y a 10 ans, le dernier il y a 5 mois pour ma dernière, j’ai cru crever car je suis restée allongée sur elle en appui sur les bras, pendant tout l’examen, en pleurs, elle pleurait, je pleurais, elle était censée dormir (elle avait 5 mois), mais est restée réveillée pendant tout l’examen, le produit n’ayant jamais fait effet sur elle. Quand je repense à ses petits yeux paniqués, un casque sur les oreilles, bandée de la tête aux pieds comme une momie pour l’empêcher de bouger, j’en ai des frissons…

    1. Oh mon Dieu mais pourquoi ne l’ont-ils pas endormie ? Bien sûr, cela n’est possible qu’à l’hôpital mais faire subir cet examen à un bébé de 5 mois, c’est de la folie. C’est tellement impressionnant ! Je n’ose imaginer sa terreur et ta souffrance de maman à te sentir impuissante. Et je parle pas de la performance physique que tu as accompli… Je te souhaite de ne jamais avoir à réitérer l’expérience.

  4. Pour ma part, j’ai passé un IRM du genou il y a quelques années précisant que je stressais un peu, ils m’avaient donné un casque avec de la musique et de temps en temps l’équipe me rassurait pour me dire que c’était bientôt fini. Plutôt sympa du coup 🙂

    1. Merci de m’avoir rappelé ce point : le casque ! Je viens de l’ajouter dans mon article du coup. Pour mon IRM du genou, j’avais eu droit à Barry White (sympa). En revanche, pour les deux derniers, je me suis coltinée de la musique type techno qui, pour le coup, était en parfaite harmonie avec le bruit de la machine… 🙁
      C’est sympa que l’équipe t’ait parlé pendant l’examen, je trouve ça rassurant !

  5. Tu m’as également fait rire, et à plusieurs reprises…. Surtout parce que je pense que j’aurais fait la même chose que toi (suis une angoissée aussi de ce genre de trucs). Du coup si un jour je dois passer un IRM je penserais à toi !

    1. Et bien, je ne pensais pas que mon article ferait rire mais tant mieux si c’est le cas ! 🙂

  6. Brrr moi c’est plutôt la finalité de ce type d’examen qui me fait peur (mais j’ai bien aimé la précision sur les chaussettes ;-)).
    J’espère que tout va bien surtout !

    1. Ah les chaussettes, c’est un truc ! Faut choisir entre le confort et l’élégance (cruelle dilemme) 😉

  7. c’est clair c’est pas très agréable mais très utile, c’est le bruit qui m’a le plus choqué

    1. Le bruit est très impressionnant en effet !

  8. je ne suis pas impatiente d’en passer un… tout le monde le dit que le bruit est très gênant. En tout cas, voila de bons conseils.

    1. Le bruit est assez impressionnant en effet mais ce n’est pas ce qui m’a le plus choquée. Moi, c’est l’enfermement qui me stresse…

  9. Merci pour tous ces conseils.

  10. Je ne connais pas je saurais garder tes conseils dans un petit coin de ma tête au cas où 😉

    1. Et tu penseras à moi au moment venu 😉

  11. Je n’ai jamais eu à en passer un mais si tel est le cas un jour, je penserai à toi et ton article ;). Bisous

    1. Si mes conseils peuvent être d’utilité, je suis ravie 🙂
      Bisous

Laisser un commentaire