Frustration et colère font si bon ménage

La frustration, c’est le sentiment qui habite régulièrement ma fille depuis quelques semaines.

Comment ça se traduit ?

Elle ne supporte pas qu’on lui dise NON et pique de grosses colères. Elle se met à hurler quand on la couche sur la table à langer. Elle se fâche quand elle n’est pas décidée à se mettre à table et se venge en jetant sa cuillère au sol. Elle s’allonge par terre en pleurant et se cogne volontairement la tête sur le parquet, ce qui inévitablement multiplie par deux les décibels. Amis voisins si vous me lisez, c’est le moment de vous adresser mes plus plates et sincères excuses.

C’est aussi parfois pour des broutilles qu’elle pique une crise. Je l’ai déjà vue se mettre en colère car elle ne parvenait pas à mettre le contenu d’un objet dans son contenant… Dans ces moments là, je ne peux m’empêcher d’éclater de rire tant je trouve la situation cocasse.  Le reste du temps, ça m’amuse moins mais alors vraiment moins. Ces crises sont impressionnantes, désagréables et stressantes. D’une certaine manière, je m’y habitue mais je n’apprécie pas pour autant. Cependant, je remarque que ma fille se comporte différemment quand on est chez les autres ou bien à la crèche. Les crises, c’est donc à la maison et surtout AVEC papa-maman (ce serait pas drôle sinon).

Pourquoi ces crises ?

Je ne suis évidemment pas une spécialiste du comportement des touts petits mais ça ne m’empêche pas d’essayer de comprendre. En cherchant sur le net, j’ai découvert que c’était l’âge qui voulait ça. Cette frustration et ces colères sont donc tout à fait normales. Vers 15-16 mois, les bébés peuvent être submergés par leurs sentiments et piquer des colères monumentales. Ils ne connaissent pas encore la demi-mesure, c’est tout blanc ou tout noir.

Quoi faire pour la calmer ? 

Pour aider ma fille à gérer sa frustration, j’ai tenté pas mal de choses, certaines plus concluantes que d’autres… En voici la liste :

  • la prendre dans les bras : elle se débat
  • lui faire un bisou : elle crie encore plus fort
  • la laisser seule dans son coin, ça marche une fois sur deux

Alors, j’applique la méthode Ruse de Sioux, made by « moi-même ». Je m’approche sans rien dire, je fais mine de ne pas m’intéresser à elle et je prends un livre musical. Généralement, ça fonctionne plutôt bien car elle adore la musique. Dans ces cas là, elle me rejoint et joue avec moi. La crise de colère liée à la frustration s’en va alors comme elle est venue…. sans prévenir. J’en profite pour vous donner la définition de ma méthode Ruse de Sioux : détourner l’attention

Laisser un commentaire